Archives du mot-clé sarrasins

John V. Tolan : "Racines médiévales de l’islamophobie européenne ?"

Séance du 16 novembre 2011, EHESS, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris.

John V. Tolan (Université de Nantes) : « Racines médiévales de l’islamophobie européenne ? ».

Johan Tolan est l'auteur de Les Sarrasins, l’islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier, coll. Historique, 2003, 473 p.

Résumé

L’ouvrage est issu du projet d’habilitation de l’auteur à la direction de recherches à l’EHESS (De Sarracenis. La place de l’Islam dans l’historiographie et la théologie chrétiennes au Moyen Âge. 1991). Il prolonge le monumental ouvrage de Norman Daniel (Islam and Occident, 1960) sur la perception chrétienne de l'islam au Moyen Âge, du VIIe à la fin du XIIIe siècle. L’auteur l’étudie à partir d’un corpus de manuscrits hostiles à l’islam (chroniques, traités, récits de martyres…). Les « fondements » (première partie) de cet imaginaire reposent sur les premiers textes polémiques des chrétiens d’Orient (Jean Damascène, VIIIe siècle…) confrontés à la vision triomphaliste des vainqueurs musulmans qui voient dans la conquête une divine récompense. Dans l’Occident latin, les auteurs importent  cette représentation d’un islam idolâtre, d’une hérésie de « débauche » (deuxième partie) d’abord en Espagne (IXe siècle) où les chrétiens sont les dhimmîs de l’islam puis au nord des Pyrénées. Parallèlement à la propagande anti-musulmane des chroniqueurs des premières croisades (Guibert de Nogent, 1109), un tournant s’amorce dans la connaissance de l’islam et sa réfutation théologique, avec la première traduction latine du Coran au XIIe siècle. Au XIIIe siècle les approches de l’Occident chrétien se complexifient, (troisième partie). La reconquête chrétienne conduit les chroniqueurs espagnols et les juristes castillans de l’entourage d’Alphonse X le Sage (1252-1284) à justifier la soumission des musulmans « hérétiques » par des arguments violemment hostiles à l’islam. Les ordres missionnaires sont présents dans l’affrontement avec l’islam : les franciscains invitent le chrétien à mourir en martyr dans le combat contre l’« infidèle » tandis que les dominicains se consacrent à la réfutation de l’islam par la « dispute », voyagent en terre d’islam et apprennent l’arabe. Raymond Lulle est un cas complexe et marginal : après l’échec de sa tentative missionnaire pour rapprocher les trois religions du livre et de prouver la « supériorité » de la doctrine chrétienne, il s’éloigne de l’image bienveillante de l’islam. L’auteur conclut sur l‘incapacité des siècles suivants à innover : « l’arsenal » des images et des textes polémiques produits entre le VIIIe et le XIIIe siècle est réutilisé, notamment par Luther.

Recensions de l'ouvrage
- Mbaye Ousmane, Bibliothèque de l'école des chartes, n°162, 2004. p. 242-243.

- Gabriel Martinez-Gros, Annales. Histoire, Sciences Sociales 5/2004 (59e année), p. 1221-1222.

- Aubert Martin, Le Moyen Age 3/2006 (Tome CXII), p. 675-677.