Archives de catégorie : Les invités du séminaire

M. Lejbowicz: « Interrogations sur l’affaire Gouguenheim »

Séance du 7 mars 2012

Max Lejbowicz (Université Paris I) : « Interrogations sur l’affaire Gouguenheim ».

Max Lejbowics est historien médiéviste. Il revient sur la polémique suscité par la publication du livre de Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne. Sur ce sujet, Lejbowics a publié « Saint-Michel historiographe. Quelques aperçus sur le livre de Sylvain Gouguenheim« , La Revue des livres, 2008.

Il a aussi dirigé l’ouvrage L’islam médiéval en terres chrétiennes : Science et idéologie, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2009.

Dans Aristote au Mont-Saint-Michel, Sylvain Gouguenheim prétend réfuter ce qu’il nomme une vulgate : le rôle des Arabes dans la formation de l’Europe latine. Celle-ci aurait reçu la pensée grecque de chrétiens orientaux puis des traducteurs gréco-latins.
Ce livre amène les médiévistes à s’interroger sur la méthode historique et la déontologie des historiens, en adoptant différents points de vue : histoire de la philosophie et des sciences, histoire sociale, codicologie (Jacques de Venise)… Al-Kindi et al-Fârâbi sont de remarquables connaisseurs d’Aristote; Avicenne a accompli une percée décisive en métaphysique par la distinction de l’essence et de l’existence ; en mathématiques et sciences physiques, la créativité des auteurs arabophones est, pour les spécialistes, incontestable. Quant au rôle d’intermédiaire attribué au Mont-Saint-Michel, il relève de la fable : Gouguenheim ignore tout de la production et de la circulation des manuscrits. Qu’un éditeur prestigieux ait fait paraître un pareil livre conduit les médiévistes à s’interroger sur la formation et la diffusion de leur savoir : eux dont les recherches sont financées par des fonds publics, doivent se faire entendre dès qu’un des leur divague. Le présent ouvrage introduit de la rationalité et de la sérénité dans les débats interculturels. II s’adresse à ceux qu’intéressent le dialogue des cultures, aux professeurs du secondaire qui, chargés d’un enseignement sur ce thème, ont été déconcertés. L’Arithmétique classique existe depuis l’Antiquité. Elle s’est développée au long des siècles. Pierre de Fermat l’a marquée de son empreinte.

J. Beaugé: « La ‘science du voile’ : discours scientifiques sur la signification du port du hijab ».

Séance du 15 février 2012

Julien Beaugé (Université Picardie Jules Verne) : « La ”science du voile” : discours scientifiques sur la signification du port du hijab ».

Julien Beaugé est doctorant en science politique. Il prépare, sous la direction de Patrick Lehingue, une thèse intitulée La force d’une institution disqualifiée. La politisation du voile en France (1989- 2010).

O. Le Cour Grandmaison: « Immigration et Islam: représentations et stigmatisation (1920-1950) »

Séance du 1er février 2012

Olivier Le Cour Grandmaison (Université d’Evry-Val d’Essonne) : « Immigration et Islam: représentations et stigmatisation (1920-1950) ».

Dernier ouvrage paru: De l’indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique: le droit colonial en Algérie et dans l’empire français,Paris, Zones/La Découverte, 2010. À lire en intégralité sur le site Zones.

Internement administratif pour une durée indéterminée, responsabilité collective appliquée à des tribus et des villages entiers, séquestre des propriétés « indigènes » et transfert de celles-ci aux colons, Code de l’indigénat enfin, adopté en 1875 puis régulièrement reconduit par les députés de la IIIe République : telles sont les principales dispositions répressives appliquées dans l’Algérie coloniale, jusqu’en 1945.
Citant largement les textes ? dont le fameux « code de l’Indigénat » est enfin publié dans son intégralité ? et les commentaires dont ils firent l’objet, Olivier Le Cour Grandmaison les analyse de façon précise, et met ainsi en évidence l’existence d’un racisme d’État longtemps théorisé et pratiqué par la République. Qualifiées de « monstres » juridiques par plusieurs juristes de l’époque, ces différentes mesures furent exportées dans les autres territoires de l’Empire au fur et à mesure de l’extraordinaire expansion coloniale de la France entre 1871 et 1913.
L’exception politique et juridique est ainsi devenue la règle pour les « indigènes ». À cela s’ajoutent le travail forcé et l’esclavage domestique, lequel a continué de prospérer au vu et au su des autorités françaises. Hier essentielle à la pérennité de la République impériale, cette législation coloniale est aujourd’hui trop souvent ignorée. Exhumer ses principes, étudier ses mécanismes et leurs conséquences pour les autochtones privés des droits et libertés démocratiques élémentaires, tels sont les objets de ce livre. Sommes-nous complètement affranchis de ce passé ? Hélas non. L’internement des étrangers sans-papiers et le « délit de solidarité » le prouvent. L’un et l’autre ont des origines coloniales.

C. Reynaud-Paligot: « Déterminisme racial ou religieux ? Anthropologues, islamologues et représentations des indigènes musulmans colonisés »

Séance du 18 janvier 2012

Carole Reynaud Paligot (Université de New York à Paris) : « Déterminisme racial ou religieux ? Anthropologues, islamologues et représentations des indigènes musulmans colonisés ».

Dernier ouvrage paru: De l’identité nationale, Paris, PUF, 2011.

À partir des années 1850, une véritable « internationale raciologique » voit le jour au sein des sociétés occidentales : des sociétés savantes apparaissent, des cours sont dispensés, des revues et des ouvrages sont publiés, des musées exposent des collections de crânes, des cerveaux momifiés aux côtés d’objets ethnologiques. Animée par une approche classificatoire, cette nouvelle science se dote de méthodes et d’outils anthropométriques afin d’appréhender la diversité physique et culturelle de l’homme.
Cette science, qui s’institutionnalise au moment où les identités collectives prennent comme référence centrale la nation, a directement participé à la construction des identités nationales au sein d’États aussi divers que la France laïque et républicaine, les monarchies constitutionnelles, la Russie tsariste puis communiste ou encore la Turquie kémaliste. Dans un contexte d’exacerbation des rivalités nationales, elle a renforcé la crédibilité des mythes identitaires (gaulois, anglo-saxon, aryen…), en leur apportant une caution scientifique.

T. Deltombe: « L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France »

Séance du 4 janvier 2012

Thomas Deltombe présente son livre, L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005, Paris, La Découverte, 2005.

« Péril islamiste » ou « menace terroriste », « dérives communautaristes » ou « menaces sur la République » : le « problème de l’islam » est aujourd’hui au cœur des débats publics en France. Mais quel est donc le « problème » ? Pourquoi les « musulmans » sont-ils constamment sur la sellette ? Et, surtout, comment les médias ont-ils progressivement construit une véritable islamophobie ?

Pour comprendre cette évolution, Thomas Deltombe s’est plongé dans les archives de la télévision française : il a passé au crible les journaux télévisés du 20 heures et les principales émissions consacrées à l’islam sur les grandes chaînes nationales depuis… trente ans. De la révolution iranienne de 1979 aux suites du 11 septembre 2001 et aux derniers débats sur le « foulard », le récit qu’il rapporte ici de ce voyage au cœur de la machine à façonner l’imaginaire est aussi sidérant que passionnant.

Décortiquant dérapages et manipulations, Thomas Deltombe montre comment le petit écran a progressivement fabriqué un « islam imaginaire », sous l’effet conjoint de la course à l’audience et d’une idéologie pernicieuse de stigmatisation de l’« Autre » musulman.

A. Thomson: « L’Europe des Lumières et le monde musulman. Une alterité ambiguë »

Séance du 7 décembre 2011

Ann Thomson (Université Paris 8, CV ici) est l’auteure de l’article « L’Europe des Lumières et le monde musulman. Une alterité ambiguë », Cromohs, 10 (2005): 1-11. Lire cet article sur le site de la revue Cromohs.

Extraits: « Le monde islamique, proche et lointain à la fois, fascine l’Europe des Lumières, et le XVIIIe siècle se clôt sur des expéditions militaires vers des pays islamiques: la première expédition de la nouvelle république américaine fut entreprise contre Tripoli, et la brève conquête napoléonienne de l’Egypte est suivie au XIXe siècle par celle, plus durable, de l’Algérie. Nous avons ainsi une tendance à tout voir à travers ces expéditions et à la lumière des opinions qui en sont sorties. En fait, cependant, les relations entre l’Europe du XVIIIe siècle et le monde islamique furent nettement plus complexes et même contradictoires: dans le Dictionnaire de Bayle, comme dans l’Encyclopédie, on trouve des positions contrastées, ce qui indique bien la difficulté de caractériser de façon unilatérale la vision de cet Autre. A cette complexité répondent des différences d’interprétation parmi les spécialistes modernes. Edward Said, dans une interprétation influente mais aussi contestée, souligne la domination par l’Europe de l’Orient en général et du monde islamique en particulier, et sur la construction d’un Orient soumis par l’Occident[1]. Ceci me semble beaucoup plus vrai du XIXème siècle (c’est à dire depuis la conquête coloniale), mais pour le XVIIIe les choses sont moins simples: à côté de préjugés traditionnels et très répandus nous constatons des tentatives de comprendre ce monde autrement, même si la sympathie des Lumières pour le monde islamique ne doit pas être exagérée. Les perceptions de cet autre monde étaient toujours colorées non seulement par des débats strictement européens, mais par la réalité politique. »

John V. Tolan : « Racines médiévales de l’islamophobie européenne ? »

Séance du 16 novembre 2011, EHESS, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris.

John V. Tolan (Université de Nantes) : « Racines médiévales de l’islamophobie européenne ? ».

Johan Tolan est l’auteur de Les Sarrasins, l’islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier, coll. Historique, 2003, 473 p.

Résumé

L’ouvrage est issu du projet d’habilitation de l’auteur à la direction de recherches à l’EHESS (De Sarracenis. La place de l’Islam dans l’historiographie et la théologie chrétiennes au Moyen Âge. 1991). Il prolonge le monumental ouvrage de Norman Daniel (Islam and Occident, 1960) sur la perception chrétienne de l’islam au Moyen Âge, du VIIe à la fin du XIIIe siècle. L’auteur l’étudie à partir d’un corpus de manuscrits hostiles à l’islam (chroniques, traités, récits de martyres…). Les « fondements » (première partie) de cet imaginaire reposent sur les premiers textes polémiques des chrétiens d’Orient (Jean Damascène, VIIIe siècle…) confrontés à la vision triomphaliste des vainqueurs musulmans qui voient dans la conquête une divine récompense. Dans l’Occident latin, les auteurs importent  cette représentation d’un islam idolâtre, d’une hérésie de « débauche » (deuxième partie) d’abord en Espagne (IXe siècle) où les chrétiens sont les dhimmîs de l’islam puis au nord des Pyrénées. Parallèlement à la propagande anti-musulmane des chroniqueurs des premières croisades (Guibert de Nogent, 1109), un tournant s’amorce dans la connaissance de l’islam et sa réfutation théologique, avec la première traduction latine du Coran au XIIe siècle. Au XIIIe siècle les approches de l’Occident chrétien se complexifient, (troisième partie). La reconquête chrétienne conduit les chroniqueurs espagnols et les juristes castillans de l’entourage d’Alphonse X le Sage (1252-1284) à justifier la soumission des musulmans « hérétiques » par des arguments violemment hostiles à l’islam. Les ordres missionnaires sont présents dans l’affrontement avec l’islam : les franciscains invitent le chrétien à mourir en martyr dans le combat contre l’« infidèle » tandis que les dominicains se consacrent à la réfutation de l’islam par la « dispute », voyagent en terre d’islam et apprennent l’arabe. Raymond Lulle est un cas complexe et marginal : après l’échec de sa tentative missionnaire pour rapprocher les trois religions du livre et de prouver la « supériorité » de la doctrine chrétienne, il s’éloigne de l’image bienveillante de l’islam. L’auteur conclut sur l‘incapacité des siècles suivants à innover : « l’arsenal » des images et des textes polémiques produits entre le VIIIe et le XIIIe siècle est réutilisé, notamment par Luther.

Recensions de l’ouvrage
Mbaye Ousmane, Bibliothèque de l’école des chartes, n°162, 2004. p. 242-243.

Gabriel Martinez-Gros, Annales. Histoire, Sciences Sociales 5/2004 (59e année), p. 1221-1222.

Aubert Martin, Le Moyen Age 3/2006 (Tome CXII), p. 675-677.