Archives de catégorie : Les invités du séminaire

M. Fernando: « Pratiques et politiques d’‘inclusion’ : penser la laïcité autrement »

Séance 4 : 11 avril 2014

« Pratiques et politiques d’‘inclusion’ : penser la laïcité autrement »

Mayanthi Fernando

Assistant Professor in Anthropology, University of California in Santa Cruz.

Auteure de The Republic Unsettled : Islam, Secularism, and the Future of France (à paraître chez Duke University Press).

 

A. Vakil: « Islamophobia and the Making of Muslims : Histories, Contexts, Genealogies »

Séance 6 : 30 mai 2014

« Islamophobia and the Making of Muslims : Histories, Contexts, Genealogies »

AbdoolKarim Vakil

Lecturer in History, King’s College London.

Co-directeur (avec S. Sayyid) de Thinking Through Islamophobia : Global Perspectives (Hurst/ Columbia University Press, 2010).

Séance en anglais

Avec le soutien du programme Emergence, axe Droit, mobilisations, discriminations

V. Gay: « Ouvriers ou musulmans ? L’altérisation des ouvriers immigrés dans les grèves du début des années 1980 »

Séance 3 : 21 décembre 2012

Vincent Gay (université d’Evry Val d’Essonne / LHEST) : « Ouvriers ou musulmans ? L’altérisation des ouvriers immigrés dans les grèves du début des années 1980 »


M. Mohammed: « Une question de mesure. L’objectivation statistique du rejet de l’islam et des musulmans »

Séance 2 : 7 décembre 2012

Marwan Mohammed (CNRS-CMH-ERIS) : « Une question de mesure. L’objectivation statistique du rejet de l’islam et des musulmans »

En présence de Marwan Muhammad (CCIF) et Bernard Godard (Bureau des Cultes)

L. Bonelli : « Variations sur la menace globale : les services de renseignements et le “péril islamique” (France, Espagne, Royaume-Uni) »

Séance du 2 mai 2012

Laurent Bonelli (Université Paris-Ouest Nanterre) : « Variations sur la menace globale : les services de renseignements et le “péril islamique” (France, Espagne, Royaume-Uni) ».

Laurent Bonelli est maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre.

Il est notamment l’auteur ou le co-directeur de:

Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe (dir.), Au nom du 11 septembre. Les démocraties occidentales à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, 2008.

Pour lire le chapitre de L. Bonelli: cliquer ici.

Depuis les années 1990, et surtout depuis les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis et les États de l’Union européenne ont multiplié les initiatives pour répondre aux menaces du « terrorisme islamiste » : durcissement des législations, renforcement de la coopération antiterroriste internationale, actions ouvertes ou clandestines violant souvent le droit international. Et les effets de sidération produits par des attentats spectaculaires et meurtriers ont largement inhibé l’attention critique des citoyens face aux autres menaces que la plupart de ces initiatives font peser sur les démocraties.
C’est de ce constat qu’est né ce livre collectif, destiné à un public large. Réunissant les contributions d’une trentaine de spécialistes européens, universitaires et journalistes, il propose un ensemble sans équivalent d’informations et d’analyses. Elles montrent à quel point la lutte antiterroriste est devenue centrale dans la nouvelle géopolitique mondiale et la vie politique des États démocratiques. Et comment les acteurs en charge de cette lutte (législateurs et politiques, magistrats, services de police et de renseignements, militaires) façonnent un monde d’opérations militaires, d’extension de la surveillance, de pratiques d’exception et de désinformation.
Cet ouvrage permet ainsi de mesurer le chemin parcouru par les démocraties occidentales pour limiter les libertés des uns au nom de la sécurité des autres. Un chemin aussi contestable au plan éthique et politique qu’en termes d’efficacité, puisqu’en clivant les sociétés, ces méthodes encouragent souvent la violence qu’elles prétendent combattre.

La France a peur. Une histoire sociale de « l’insécurité », Paris, La Découverte, 2008 (réédition en poche en 2010).

Zones de non-droit », « délinquants toujours plus jeunes et plus récidivistes », « flambée de la violence urbaine » : l’« insécurité » semble devenue l’un des principaux problèmes sociaux du début du XXIe siècle en France. Les responsables politiques, de droite comme de gauche, invoquent la « demande de sécurité » de leurs électeurs pour réclamer une action plus énergique de la police et de la justice et les gouvernements successifs ont rivalisé dans l’adoption de lois et de mesures nouvelles en la matière.
D’où vient une telle inflation du thème de la sécurité depuis le début des années 1980 ? Dans quelle mesure a-t-elle modifié la perception des milieux populaires et de leurs problèmes sociaux ? Cet ouvrage montre que l’émergence de l’« insécurité » est inséparablement liée aux formes de précarités qui se développent depuis la fin des Trente Glorieuses et au recul constant de l’État social. C’est à partir de l’ensemble de ses dimensions qu’il aborde cette question, des transformations des quartiers populaires à celles du jeu politique, du traitement médiatique de la « délinquance » aux savoirs et expertises en tout genre mobilisés pour l’interpréter, des politiques locales de sécurité jusqu’aux mutations profondes intervenues dans l’organisation et les missions de la police, de la justice et de l’école.
Avec la reformulation progressive de la question sociale en impératif d’« ordre dans la rue », c’est tout un pan des relations entre les citoyens et les institutions républicaines qui a changé de visage. Un livre somme qui permet de prendre la mesure d’un changement d’époque.

« Un ennemi anonyme et sans visage. Renseignement, exception et suspicion après le 11 septembre 2001 », Cultures & Conflits n°58, été 2005, pp.101-129.

Après les attentats spectaculaires et meurtriers du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, puis ceux du 11 mars 2004 à Madrid, les services de renseignement occidentaux ont vu leur rôle et leur poids s’accroître dans la lutte contre le radicalisme musulman. A partir d’une enquête portant sur les services français, espagnols et britanniques, cet article analyse les évolutions de leurs missions et de leurs analyses de cette question. Rompant avec une approche mécaniste, qui verrait dans la transformation de ces missions le simple fruit d’une « adaptation » à de nouvelles menaces, il montre que leur nature et leur forme résultent à la fois de l’évolution de l’activité des groupes clandestins et de leur perception ; des effets de la permanence des grilles d’analyse des services de renseignement qui avaient été forgées sur d’autres terrains ; et du travail perpétuel de relégitimation que ces services vont mener auprès de certains secteurs de l’appareil d’Etat. Il contribue de la sorte à éclairer certains aspects souvent méconnus des modes pratiques de régulation de la violence politique dans les démocraties occidentales.

F. Lorcerie: « La politisation du voile »

Séance du 4 avril 2012

Françoise Lorcerie (CNRS-IREMAM) : « La politisation du voile ».

Françoise Lorcerie est directrice de recherche au CNRS. Ces principaux thèmes de recherche portent sur les politiques d’intégration des immigrés et la politisation des frontières ethniques en Europe. Elle a coordonné l’ouvrage La Politisation du voile, Paris, L’Harmattan, 2005.


Présentation:

Les filles portant le voile sont-elles des adversaires déterminées de l’école et de la République ? Sont-elles manipulées par des activistes avançant masqués ? C’est très incertain.
Pourquoi et comment le voile est-il devenu affaire en 2003 ? Ce que voient les chercheurs réunis pour cet ouvrage, ce n’est pas  » plus de problèmes  » posés par les filles portant le voile, même le directeur des RG le reconnaît, mais plus de soupçons, plus de peur instillés dans une opinion publique tétanisée par une campagne médiatique et politique bien orchestrée. D’où l’intérêt de regarder de près l’orchestration elle-même.
Les conclusions sont claires. Le voile a été monté en affaire à Paris par un tout petit nombre d’acteurs. La mise en place du Conseil français du culte musulman début avril 2003, et l’anicroche de Nicolas Sarkozy au congrès de l’UOIF quelques jours après, leur ont fourni l’occasion d’embrayer puissamment dans le monde politique et dans la sphère médiatique, en subjuguant finalement l’opinion publique.
De grandes associations de défense de la laïcité, les églises, les principaux cadres de l’Education nationale, la majorité des syndicats, ainsi que les organisations islamiques ont tenté en vain de s’opposer à l’entreprise de politisation. A l’étranger – en Europe, dans le monde arabe -, les acteurs politiques et sociaux se sont saisis des échos de l’affaire française en fonction de leurs intérêts.
Il serait hasardeux de superposer rejet du voile et avancée démocratique. Retour sur douze mois d’effervescence, conclus par une loi qui limite la liberté d’expression religieuse dans les écoles publiques, et par une circulaire qui les restreint encore plus. Douze mois pendant lesquels on s’est demandé ce qui se tramait autour de la place des musulmans en France.

B. Cousin et T. Vitale: « Le moment Fallaci de l’espace public italien (2001-2006) »

Séance du 21 mars 2012

Bruno Cousin (Université Lille I) et Tommaso Vitale (Sciences Po) : « Le moment Fallaci de l’espace public italien (2001-2006). Origines, modalités et effets d’un magistère intellectuel islamophobe ».

Bruno Cousin est maître de conférences à l’université de Lille 1 et membre associé du Groupe de sociologie politique et morale (GSPM), EHESS.

Tommaso Vitale est maître de conférences de sociologie à Sciences Po et chercheur au Centre d’études européennes.

Bibliographie sur l’islamophobie: