M. Lejbowicz: “Interrogations sur l’affaire Gouguenheim”

Séance du 7 mars 2012

Max Lejbowicz (Université Paris I) : « Interrogations sur l’affaire Gouguenheim ».

Max Lejbowics est historien médiéviste. Il revient sur la polémique suscité par la publication du livre de Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne. Sur ce sujet, Lejbowics a publié “Saint-Michel historiographe. Quelques aperçus sur le livre de Sylvain Gouguenheim“, La Revue des livres, 2008.

Il a aussi dirigé l’ouvrage L’islam médiéval en terres chrétiennes : Science et idéologie, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2009.

Dans Aristote au Mont-Saint-Michel, Sylvain Gouguenheim prétend réfuter ce qu’il nomme une vulgate : le rôle des Arabes dans la formation de l’Europe latine. Celle-ci aurait reçu la pensée grecque de chrétiens orientaux puis des traducteurs gréco-latins.
Ce livre amène les médiévistes à s’interroger sur la méthode historique et la déontologie des historiens, en adoptant différents points de vue : histoire de la philosophie et des sciences, histoire sociale, codicologie (Jacques de Venise)… Al-Kindi et al-Fârâbi sont de remarquables connaisseurs d’Aristote; Avicenne a accompli une percée décisive en métaphysique par la distinction de l’essence et de l’existence ; en mathématiques et sciences physiques, la créativité des auteurs arabophones est, pour les spécialistes, incontestable. Quant au rôle d’intermédiaire attribué au Mont-Saint-Michel, il relève de la fable : Gouguenheim ignore tout de la production et de la circulation des manuscrits. Qu’un éditeur prestigieux ait fait paraître un pareil livre conduit les médiévistes à s’interroger sur la formation et la diffusion de leur savoir : eux dont les recherches sont financées par des fonds publics, doivent se faire entendre dès qu’un des leur divague. Le présent ouvrage introduit de la rationalité et de la sérénité dans les débats interculturels. II s’adresse à ceux qu’intéressent le dialogue des cultures, aux professeurs du secondaire qui, chargés d’un enseignement sur ce thème, ont été déconcertés. L’Arithmétique classique existe depuis l’Antiquité. Elle s’est développée au long des siècles. Pierre de Fermat l’a marquée de son empreinte.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Les invités du séminaire

Laisser un commentaire

Live Traffic Feed


Carnets de recherche